Vestiges de l’église Santa-Maria-Alla-Porta

Vestiges de l’église Santa-Maria-Alla-Porta que l’on trouve Vicolo (ruelle) Santa-Maria-Alla-Porta, non loin de la Bourse de Milan, Lombardie, Italie.

Déjà existante avant 1105, l’église actuelle de Santa Maria alla Porta a été érigée à Milan en pleine domination espagnole en 1652 sur un projet de l’architecte Francesco Maria Richini. A sa mort en 1658, l’œuvre fut achevée par Francesco Castelli, dit Borromini, à qui l’on doit la construction du portail baroque et du tympan au-dessus. L’église doit son suffixe toponymique « à la porte » parce qu’elle a été construite sur le site où se trouvait l’ancienne Porta Vercellina, une partie des murs construits par Auguste à l’époque républicaine ; la rue où se dresse l’église, Via Santa Maria alla Porta, faisait partie du decumanus qui menait de la Piazza San Sepolcro à Porta Vercellina.

 

Vestiges

Dans la nuit du 12 au 13 août 1943, l’église, qui partageait le sort de nombreuses autres églises de Milan, a été durement frappée par les frappes aériennes anglo-américaines de la Seconde Guerre mondiale : trois bombes dévastatrices ont détruit la chapelle de la Madone, érigée en 1704 et utilisée plus tard comme baptistère, le bâtiment à gauche de l’église et l’ensemble des bâtiments à droite du temple (sur la zone duquel se trouve aujourd’hui un bâtiment de Luigi Caccia Dominioni de 1961), ruinant la chapelle, son mobilier du XVIIe siècle et la fresque du XVIe siècle de la « Madonna del Grembiule » qui se trouvait à l’intérieur. Encore aujourd’hui, sur la façade et sur les colonnes de granit rose, des trous et des fissures causés par les éclats des bombes sont visibles ; le haut-relief de Simonetta est largement endommagé et mutilé dans certaines parties saillantes.

Seules quelques ruines de l’ancienne chapelle subsistent aujourd’hui, éparpillées sur la droite de l’église pour attester de sa présence ancienne, restaurées avec un long travail qui a duré trois ans et s’est terminé en novembre 2015. Avec le réaménagement de l’allée Santa Maria alla Porta a également été trouvé le vieux sol en marbre qu’il a été décidé de couvrir à nouveau par manque de fonds nécessaires pour son réaménagement et a été découvert la fresque de la Madonna del Grembiule ou Madonna dei Miracoli, précédemment protégée par un coffret en bois et maintenant restaurée et rendue à la dévotion des fidèles. Cependant, une gravure de Marc’Antonio Dal Re (1697-1766) et quelques rares photographies montrent clairement la structure détruite à l’époque.

Sont également perdues les deux statues médianes d’anges du XIXe siècle placées sur le tympan et les deux statues placées dans les deux niches du second ordre et qui sont visibles sur certaines photographies du début du XXe siècle.

Traduction de l’article en italien Chiesa di Santa Maria alla Porta avec DeepL.com/Translator

3 réponses à “Vestiges de l’église Santa-Maria-Alla-Porta”

  1. La photo est magnifique avec ces belles briques rouges qui malheureusement petit à petit ont subi des misères. Belle note intéressante aussi, j’aime me cultiver quand je visite les sites amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *