Moulin à marée du Birlot

Moulin à marée du Birlot à Bréhat sur l’île Sud, archipel de Bréhat, Côtes-d’Armor, Bretagne.

Moulin à marée du Birlot
Moulin à marée du Birlot
Moulin à marée du Birlot
Moulin à marée du Birlot
Moulin à marée du Birlot
Moulin à marée du Birlot
Moulin à marée du Birlot
Moulin à marée du Birlot

Le moulin à marée du Birlot a été construit entre 1633 et 1638. Pendant tout l’ancien régime, il est la propriété du duc de Penthièvre, seigneur de l’île de Bréhat.

Ce moulin était un moulin banal, c’est-à-dire que tous les habitants d’un territoire (ou banlieue) sont obligés d’aller moudre leur grain à ce moulin.

En 1744, de grosses réparations ont été faites au moulin à mer : la maçonnerie doit être reprise ainsi que la toiture, la digue et la chaussée. C’est d’ailleurs cette date qui figure sur la pierre de la porte de la façade. Après cette remise en état complète, le moulin n’a pas subit de gros travaux jusqu’au début de ce siècle.

Il a continué à moudre le grain pour produire la farine des Bréhatins. Mais vers 1920, un boulanger est venu s’installer sur l’île et a importé sa farine du continent, farine probablement plus blanche que celle produite par le moulin à mer. Les Bréhatins ont sans doute pris goût au pain blanc et ce moulin qui n’était plus rentable, s’est arrêté de tourner.

Petit à petit, le moulin, passant de propriétaire en propriétaire, se dégrade. Une toiture de fibrociment à deux pans remplace le chaume : elle ne résistera pas à l’ouragan de 1987.

En 1990, la commune de Bréhat achète le site du moulin du Birlot (bâtiment en ruine, digue et étang) : le moulin est sauvé !

Source : Moulin à marée du Birlot

Le phare du Paon

Le phare du Paon à Bréhat sur l’île Nord, archipel de Bréhat, Côtes-d’Armor, Bretagne.

Le phare du Paon
Le phare du Paon

Le feu du Paon a été allumé en 1860. Détruit en 1944 et rallume en 1948.

Équipé d’un feu à occultations à secteurs colorés rouge, vert et blanc d’une porté de 9 milles nautiques.

Début 2014 le feu est solarisé, alimenté par générateurs photovoltaïques et équipé d’une source lumineuse à diode électroluminescente.

Important pour la navigation : ses secteurs rouge et vert signalent des zones dangereuses constituées de nombreuses roches isolées au milieu de forts courants.

Source : plaque Lézardrieux phares et balises apposée sur la porte du phare.