Oratoire Notre-Dame-de-la-Garde de Dahouët

Oratoire Notre-Dame-de-la-Garde de Dahouët

Oratoire Notre-Dame-de-la-Garde de Dahouët à l’entrée du chenal d’accès au port, Pléneuf-Val-André, Côtes-d’Armor, Bretagne.

L’Oratoire est installé sur ce promontoire qui domine la passe de Dahouët en 1865. Il a été érigé en même temps que celui de Marseille.

Restauré une première fois en 1894, suite à des tempêtes, l’oratoire fut recouvert du dôme actuel soutenu par 4 colonnes de granit trente ans, jour pour jour, après sa première installation.

L’oratoire se recouvrit petit à petit d’ex-votos de marins.

Battue par les vents et le sel marin, la statue d’origine s’effondra un siècle plus tard, pendant la tempête de juin 1965.

En 1966, elle fut remplacée par une autre statue de la Vierge, sculptée dans le granit qu’on peut toujours admirer aujourd’hui.

Chaque année, des milliers de touristes montent jusqu’à cet oratoire afin de découvrir l’horizon qui s’étend au loin en marchant sur les pas des dahouëtins qui partaient « à Islande ».

Lors du pardon, une procession venue de la chapelle vient se recueillir au pied de cet oratoire avant que l’officiant n’embarque sur un chalutier afin de jeter une couronne à la mer en hommage des disparus.

Il bénit également les bateaux.

Source : L’oratoire de Dahouët

Sur le GR34 à l’approche du Cap-Fréhel.

Sur le GR34 à l'approche du Cap-Fréhel

Sur le GR34 à l’approche du Cap-Fréhel on aperçoit les deux phares. L’ancien, à gauche, est appelé phare Vauban. Le nouveau, à droite, qui est le troisième, le deuxième ayant été détruit le 11 aout 1944 par l’armée allemande.

La petite tour qu’on aperçoit au bout du cap est non pas un ancien phare comme le pensent certains mais une corne de brume.

Plus de détails sur leur histoire ici