Le couvent des Carmes du Guildo

Couvent des Carmes
Le couvent des Carmes du Guildo à Créhen, Côtes-d’Armor, Bretagne.

Dominant l’Arguenon et le petit village de pêcheurs, le manoir du Guildo deviendra en 1620 le couvent des Carmes, ordre religieux qui recevait les voyageurs pauvres, leur fournissait nourriture et asile et percevait le droit de passage pour le gué.

Ce couvent succède à une ancienne collégiale fondée par Robert de Dinan en 1420 pour assurer aide et protection aux voyageurs et pélerins qui utilisent la route romaine et le gué du Guildo.

Au 17ème siècle, les membres de cette collégiale entrent en conflit avec le seigneur du Guildo, Jean d’Avaucour. A la demande de celui-ci et après accord de l’évêque de Saint-Malo, les carmes se substituent à cette ancienne fondation et s’établissent au Guildo.

Les carmes prélèvent un droit sur la traversée de l’Arguenon qu’ils afferment à un pasteur.

Devenu bien national à la Révolution, ce couvent fait l’objet d’un rapport des édiles et du clergé des cantons de Plancoët et de Ploubalay, qui proposent d’en faire un hôpital destiné surtout à accueillir les mendiants.

Le projet n’aboutit pas et le couvent est vendu à Madame de Chappedelaine qui le revend peu après.

L’église disparaît au début du 19ème siècle en étant vendue pour la pierre.

Source : Sortir en Bretagne

Chapelle Sainte-Anne de la grève et borne géodésique

Chapelle Sainte-Anne de la grève et borne géodésique sur le GR34, dans le polder Sainte-Anne, au bout de la digue de la Duchesse Anne à Saint-Broladre, Ille-et-Vilaine, Bretagne.

Chapelle Sainte-Anne
Chapelle Sainte-Anne

Le site de la Chapelle Sainte-Anne fait partie du Grand Site National de la Baie du Mont-Saint-Michel, site classé. Il constitue un lieu de pèlerinage avec le Pardon de Sainte-Anne organisé chaque quatrième dimanche du mois de juillet.  En face de cette chapelle s’étendent à perte de vue les herbus, prairies naturelles recouvertes par la mer aux grandes marées, où pâturent les fameux agneaux de prés-salés.


L’origine de la chapelle remonterait au XIe siècle au cours duquel commença également la construction de la digue de la Duchesse Anne. La chapelle fut détruite par une inondation en 1630 et reconstruite en 1684. La Révolution y laissa des traces et la restauration fut entreprise de nouveau en 1818. Cette même année, la procession des paroisses voisines fut reprise. Ce Pardon est d’ailleurs le seul signe à rester du grand pèlerinage d’autrefois.


Avant les années 1960, des lagunes étaient visibles entre la digue et la contre digue. C’est en 2005 et 2006, que des travaux de réhabilitation du site ont été entrepris. Les travaux ont permis de restaurer le site tel qu’il se présentait au début du XXème siècle. Libellules et batraciens ont aujourd’hui spontanément colonisé les lagunes. La zone aquatique renferme quelques plantes liées à l’influence maritime. Les pentes s’apparentent à des pelouses calcaires où l’on note la centaurée perfoliée, le lotus à feuilles ténues, le chardon penché ou encore la molène pulvérante.

Source : Tourisme Saint-Broladre