Pont du Guildo ou pont René Pleven.

Pont-du-Guildo

Le pont du Guildo a été inauguré le 25 mai 1864. Il permet de franchir l’Arguenon au niveau de la commune de Notre-Dame-du-Guildo.

En 1904, il est consolidé par Louis Auguste Harel de La Noë pour permettre le passage de la ligne de Plancoët à Saint-Cast-le-Guildo des Chemins de Fer des Côtes-du-Nord.

Pont_du_guildo
Pont_du_guildo

Il a été remplacé par un nouveau pont construit à quelques mêtres en 1974 selon la technique des poutres en béton précontraint (Pont René Pleven).

Les culées en maçonnerie sur les deux rives de l’ancien pont sont encore visibles.

Ses principales caractéristiques sont:

  • Pont de chemin de fer à passerelle tournante, à arcs métallique trapézoïdaux.
  • longueur totale : 142 m

Matériaux: ciment, acier, fer, pierre, brique, béton armé.

Source : Pont du Guildo Wikipédia

Une autre partie du paysage de mon heure quotidienne de promenade de confiné.

Pont du Marais à Sables-d’Or-les-Pins.

Pont du Marais sur l’Islet à Sables-d’Or-les-Pins, Plurien, Côtes-d’Armor, Bretagne est l’un des ouvrages d’art de la ligne de chemin de fer reliant Yffiniac à Matignon en service entre 1924 et 1948.

Cette ancienne ligne de chemin de fer a été réhabilitée et est devenue partie de la vélo-route EV4 ( euro vélo 4 )qui relie Roscoff à Kiev ainsi qu’un chemin de randonnée pedestre.

Pont du Marais
Pont du Marais sur l’Islet

Le Pont du Marais qui enjambe l’Islet sur une longueur de 27 mètres à 4,50 m de haut se situe à une quinzaine de mètres de la Passerelle de la Côtière.

Les quatre piles sont formées d’un ensemble de poteaux liaisonnés par des entretoises diagonales ce qui contribue aux économies de matière et à la répartition des descentes de charges sur un sol peu porteur.

Le tablier comprend des poutres et des entretoises avec des entraits inférieurs calqués sur le modèle d’une charpente en bois, supportant la dalle en béton armé coulée sur place.

Les culées soutenant les remblais sont formées de poteaux maintenant des panneaux cintrés verticaux résistant aux poussées des pressions du sol et des eaux.

Les garde-corps formant treillis sont intégrés dans les poutres de rive en arc.

La Passerelle de la Côtière longue de 164 mètres et d’une hauteur minimale de 7.60 m avec une largeur utile de 3.90m, composée de 27 travées droites de 5.60m d’entre-axes, cette passerelle demeure la plus importante subsistante dans le département.

Elle est constituée de piles en pierre de grès rose extrait dans les carrières du pays comprenant des arêtes en ciment agrémentées de pierres de taille en grès. La stabilité de l’ouvrage est assurée par trois tours en maçonnerie assurant un rôle de contreforts transversaux. Les piles supportent par travée de quatre poutres préfabriquées en béton armé qui reçoivent des entretoises et la dalle du tablier coulée sur place. Des dalettes voûtées elles-aussi en béton armé préfabriqué, ornées de briques rouges en rive, constituent les deux trottoirs en encorbellement. Les poteaux en béton des garde-corps d’origine ont disparu.

Ces ouvrages d’art sont l’œuvre de Louis Auguste Harel de la Noë, polytechnicien et ingénieur des ponts et chaussées, né à St-Brieuc en 1852, qui fut précurseur dans l’utilisation du béton armé pour la construction de tels ouvrages.

Source : Passerelle de la côtière & pont des marais