Ancienne librairie en trompe l’œil à Domfront

Ancienne librairie en trompe l'œil à Domfront
Ancienne librairie en trompe l'œil à Domfront

Ancienne librairie en trompe l’œil à Domfront cité médiévale, Orne, Normandie ou subsiste cette histoire :

Selon la légende : Jean Barbotte, meunier au Moulin de Notre Dame sur l’Eau, ayant combattu avec les protestants, commandés par le Comte de Montgommery et cernés dans Domfront par les troupes royales et catholiques sous les ordres du Comte de Matignon fut condamné à mort après la capitulation de la place. Pour se soustraire à la terrible sentence, Barbotte se cacha dans la forêt d’Andaine ; mais étant revenu à Domfront à la foire de décembre, il fut pris vers midi et conduit au gibet à une heure.
Au moment où le bourreau passait la corde au cou du meunier, celui-ci aurait laissé tomber cette imprécation :
Domfront, Ville de malheur !
Arrivé à midi, pendu à une heure !
et les gardes ajoutèrent : Seulement pas le temps de dîner.

Cathédrale Notre-Dame de Sées

Cathédrale Notre-Dame de Sées

Cathédrale Notre-Dame de Sées, Orne, Normandie.

La première cathédrale de Sées a été fondée vers 440 par Saint Latuin premier évêque de Sées. Dédiée à Notre-Dame puis à Saint-Gervais et Saint-Protais, ce n’est qu’un petit édifice. Elle est détruite lors des incursions vikings en 878 ou 910.

Azon le Vénérable la relève des ruines vers 986 en utilisant les pierres provenant des fortifications de la ville.

La suite de l’histoire de cette cathédrale est très riche de péripéties au cours des siècles avant d’arriver à la cathédrale d’aujourd’hui dont les derniers travaux furent la restauration des flèches en 1978.

Si la structure de la cathédrale est bel et bien ancienne, on peut estimer qu’un peu plus de la moitié des parements extérieurs date du XIXe siècle.

Si l’histoire mouvementée de cette cathédrale vous intéresse suivre ce lien Wikipedia : Cathédrale Notre-Dame de Sées

La chapelle inachevée.

La chapelle inachevée
La chapelle inachevée à RI, Orne, Normandie.

Depuis le 6 Juin 1944, jour du Débarquement, l’Abbé Leclerc alors curé à RI a l’intuition de ce qui va se passer : RI va se trouver sur la ligne de front et il a placé la paroisse de RI sous la protection de Saint Jean Eudes qui veille sur son sol natal.

Après de furieux combats le village de RI fut donc libéré le 19 Août 1944, jour de la fête de Saint Jean Eudes, signe tangible de sa protection. Il fallait témoigner notre reconnaissance. L’Abbé Leclerc proposa de construire une chapelle en l’honneur du grand Saint. Le terrain fut offert spontanément par un habitant voisin avec toutefois inscrit dans l’acte, une clause restrictive :

La chapelle devra être terminée dans les 25 ans à venir, faute de quoi l’ancien propriétaire rentrera en possession de son terrain.

L’abbé Leclerc informe l’évêque de son projet, lequel donne son plein consentement et ajoute : « Voyez assez grand. » Les travaux peuvent maintenant commencer.

La première pierre est posée et bénie dès 1945 en présence de l’Evêque de Sées, du Père Supérieur des Eudistes et des Prêtres des paroisses voisines.

Une collecte fut organisée pour recueillir les fonds nécessaires à la réalisation du projet. Les travaux de maçonnerie furent confiés à une entreprise d’Argentan, puis arrêtés environ 18 mois après faute de moyens financiers.

45 années ont passé. Le terrain est en friche. L’ancien propriétaire l’ayant récupéré décide de le vendre. Le Conseil Municipal de l’époque se porte acquéreur, l’aménage et le fleurit, ce qui lui donne aujourd’hui ce visage qui fait l’admiration des visiteurs.

Source : feeric-lieuxmagiques.com