Le Fort National de Saint-Malo

Le Fort National a été construit sur le rocher de l’Islet. Ce roc était, avant la construction du fort, l’emplacement d’un phare pour guider les navires dans la baie rocheuse de la cité corsaire, mais aussi le lieu d’exécution de la Seigneurie malouine. La construction commencera en 1689 et durera jusqu’en 1693. Mêlant utilité et efficacité sans abîmer le rocher, la construction de Vauban est un exemple vivant de son génie. Le fort ne sera jamais pris de son histoire, mis à part pendant la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle il devint prison allemande, où plus de 300 Malouins et étrangers furent enfermés dans des conditions très rudes. Dans la nuit du 9 au 10 août 1944 notamment, alors que la vieille cité corsaire se consumait sous les bombes alliées, 18 de ces prisonniers furent tués par les obus de la 3e armée américaine. Une plaque commémorative dans le fort honore aujourd’hui leur mémoire.

Le Fort National
Le Fort National

À travers son histoire, le fort fut l’objet d’une décision du Roi-Soleil, d’une réalisation de Vauban, il fut un lieu de duel pour le célèbre corsaire Robert Surcouf. L’histoire raconte que Surcouf, sur la pelouse du Fort National, terrassa ses 11 premiers adversaires, tranchant simplement la main du 12e en lui déclarant « Je vous épargne monsieur, car il me faut un témoin ». Le fort participa activement à la défense de la cité lors de l’attaque anglaise de 1693. Il fut enfin une geôle allemande. Cette longue histoire en fait un monument définitivement lié à la vie de Saint-Malo.

Source : Fort National

Donjon de Carrigaholt-Castle

Donjon de Carrigaholt-Castle au milieu des ruines, Carrigaholt, County Clare, Irlande

Le château de Carrigaholt a été construit vers 1480 par les McMahon, chefs de la péninsule de Corcabascin. Il se dresse au bout d’un quai de pêche surplombant l’estuaire de Shannon et le port. Il s’agit d’une grande tour de cinq étages, bien conservée, entourée d’une cour entourée d’un bawn (cour entourée de murs). Le château comporte des meurtrières et un bartizan. Un escalier en colimaçon mène au sommet du bâtiment où il y avait un toit voûté en pierre.

Source : Carrigaholt-Castle

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Donjon
.

O’Brien’s Tower

O’Brien’s Tower sur les falaises de Moher, Liscannor, County Clare, Irlande.

La Tour O’Brien se situe sur le point le plus haut des falaises de Moher, près du village de Doolin. Elle a été construite en 1835 par le propriétaire local et député fédéral Sir Cornellius O’Brien comme tour d’observation pour les touristes victoriens qui fréquentaient les falaises à l’époque : « des étrangers visitant les magnifiques paysages de ce quartier ». Il aurait d’abord servi de salon de thé, avec une grande table ronde et des sièges en fer forgé.

Une autre version raconte qu’O’Brien a construit la tour pour impressionner les femmes qu’il courtisait. Par temps clair, la vue peut s’étendre jusqu’à Loop Head à l’extrémité sud de Clare et au-delà jusqu’aux montagnes du Kerry. En regardant vers le nord depuis la tour O’Brien par temps clair, on peut voir les Douze Bens dans le Connemara (également connus sous le nom des Douze Pins) au-delà de Galway Bay, et généralement les îles Aran à l’ouest.

Source : O’Brien’s Tower Wikipedia

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (Selon moi le meilleur traducteur mais ce n’est que mon avis).

O'Brien Tower